naturo plastique

Ce n'est pas une question mais une affirmation !!!

En naturopathie l'importance de l'environnement dans lequel nous vivons est primordial. C'est pourquoi il me parraissait evident de vous parler des risques encourus du fait de notre mode de vie actuel marqué par l’utilisation de produits chimiques à tous les instants de notre vie (nourriture, cosmétiques, médicaments, matériaux environementaux dans lequel nous vivons...), Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, près de 25 % de l’ensemble des maladies seraient causées par des substances toxiques.

et c'est par le plastique que je commencerai. 

Les toxines sont partout : dans nos cuisines avec les produits nettoyants, dans nos bouteilles d’eau avec les  plastiques ( phatalates et bisphenol A) et même dans notre eau du robinet et l’air qu’on respire.

L'annonce est tombée recemment, mais toutes les personnes "écolo" et sensibles à sa santé n'ont pas attendu cette annonce pour dénoncer les dangers des plastiques !  

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de limiter l'exposition des femmes enceintes au bisphénol A (BPA) en raison d'un risque "modéré" mais bien réel pour le foetus et préconise une révision à la baisse de la dose journalière admissible pour l'ensemble de la population. 

D'après le rapport de l'agence, 84 % de l'exposition des futures mères proviendrait de l'alimentation.

Une question se pose alors. En attendant que les industriels trouvent un moyen de remplacer cette substance potentiellement cancérigène et que la loi française la proscrive totalement pour le conditionnement des produits alimentaires à compter du 1er janvier 2015, existe-t-il un moyen de limiter, par soi-même, son exposition ?

Sachant que plus de 50 % de la contamination par l'alimentation provient des emballages alimentaires, existe-t-il un moyen de les reconnaître afin de les éviter ? En l'absence d'exigence légale d'un étiquetage précis sur ces contenants, il demeure très difficile de déceler la présence de bisphénol A. Pour autant, quelques informations de base peuvent aider à limiter les risques.

et puis surtout il n'y a pas QUE le bisphénol A qui est toxique !!!

Pour échapper à l'omniprésence du plastique alimentaire, et éviter sa toxicité pour la santé, la connaissance de quelques repères est indispensable.

Le plastique est partout, notamment en cuisine, dans de nombreux récipients alimentaires, bouteilles d'eau, boîtes de conserves et aussi les canettes. Ces récipients sont tout simplement issus de la chimie du pétrole et des substances entrant dans leur composition peuvent migrer vers son contenu.

Alors que faire pour limiter l'usage du plastique autour de notre alimentation ? 

 

Quelques conseils à appliquer au quotidien :

Savoir reconnaître à quel type de plastique vous avez à faire.

Repérez le numéro (généralement peu visible) inscrit sous le récipient. Il est compris entre 1 et 7.

Il est conseillé de jeter les boîtes en plastique numérotés 3 (à base de PVC), 6 (à base de polystyrène) et 7 (à base de polycarbonate), dont les composés chimiques ont tendance à migrer.

Vous pouvez conserver les boîtes n°2 et 4 (à base de polyéthylène basse densité) pour le refrigérateur, et les boîtes 5 (à base de polypropylène) préférables pour garder à température ambiante.

N'utilisez qu'une fois les bouteilles d'eau ou autres récipients avec le chiffre 1 (PET).

UN TABLEAU ICI POUR VOUS AIDER

réalisé par Clara du blog "Pour ne plus marcher sur la tete" 

que je remercie au passage pour son investissement.

Les Non Toxiques

plastique-non-toxique

Les Toxiques

numeros-plastique-toxique-2

  •  Eviter de mettre des aliments gras en contact avec des récipients en plastique ou du film alimentaire. Préférer le papier sulfurisé non blanchi ou une assiette renversée en guise de couvercle d'un plat en verre, en porcelaine ou en céramique.
  • Bannir les bouilloires à revêtement interne en plastique.
  • Se méfier des moules en silicone (contenant du peroxyde), même si leur légèreté et aptitude au démoulage est tentante, car ils contiennent des composés nocifs particulièrement volatils lors de la cuisson. A vérifier qu'ils contiennent sinon la mention " silicone platinium " qui vous garantit une résistance à des températures de 260 à 280°C. Le must sinon, les moules en pyrex.
  •  Conservez votre nourriture dans des bocaux de verre ou du métal : Au lieu d’utiliser des contenants en plastique, il ne vous coûtera pas forcément plus cher d’acheter des bocaux de verre ou des contenants métalliques. C’est valable pour vos restes, mais aussi le lait, les graines, les noix ou autres.
  • N’utilisez plus de sachets-repas :Pour emporter votre déjeuner, utilisez de la même manière des boîtes métalliques ou des bocaux en verre.
  • Privilégiez le réutilisable ; Vous n’avez pas vraiment besoin de couverts en plastique… Amenez vos propres couverts métalliques de chez vous, et pourquoi pas des couverts en bois, réutilisables également.
  • Dites adieu aux ustensiles de cuisine en plastique : Les ustensiles en bois sont tout aussi pratiques et bien plus sains. Pour servir, vous trouverez également sans problème des couverts en métal.
  • Oubliez la nourriture en sachets plastiques : La nourriture industrielle signifie souvent conditionnement sous plastique. Dès que vous le pouvez, privilégiez la nourriture biologique, les marchés, les commerces locaux, avec votre panier ou une caisse de bois.
  •  Oubliez aussi l’eau en bouteille plastique : Peut-être est-ce déjà le cas, mais au cas où : à moins d’habiter une zone où l’eau du robinet n’est pas potable, il vaut mieux la privilégier. Les bouteilles sont chères et produisent des déchets inutiles. Mieux vaut filtrer votre eau du robinet et la conserver dans des bouteilles de verre réutilisables si vous souhaitez par exemple la tenir au frais sinon vérifier le numéro sous votre bouteille.
  • Adoptez le sac réutilisable : C’est peut-être aussi déjà le cas, mais s’il y a bien une habitude facile à prendre, c’est celle-là. Un sac réutilisable se plie, se range facilement dans un autre et vous n’aurez pas à acheter ces sacs en plastique qui rendent l’âme deux pas plus loin en répandant vos achats sur le sol.

Bon alors concrêtement, pas de panique ! Vous avez envie de changer tout d'un coup et c'est bien normal mais pour pouvoir changer durablement il faut le faire à petit pas de "bébé" petit à petit, sensibiliser le reste de la famille, être convaincu du bon fondement des choses à changer. Et puis comme cela a un coût financièrement remplacer vos ustensiles de cuisine au fur et à mesure en vous fixant un objectif (ce mois ci je rachète des boîtes hermétiques en verre, le mois suivant ce sera les ustensiles etc...) et puis il a y des petites choses que vous faire à moindre coût dès maintenant comme vérifier les sigles derrière les emballages plastiques lors de vos achats.

La chasse aux plastiques toxiques est ouverte !!